Texte de Jeanne Bovet

Chapelle du Vieux Rompon, 21 mai 2009

Récital Daniel Spiegelberg

Emile-Robert Blanchet, Sonate

Frédéric Chopin, les quatre Ballades

Compte-rendu du concert de l’Ascension

 

Envol de la saison musicale de la Chapelle du Vieux Rompon en cet après-midi du jour de l’Ascension, nom qui est base d’envol !

Daniel Spiegelberg, une fois de plus, nous a fait le cadeau d’un magnifique récital qui, en-dehors de Chopin, nous a fait connaître un grand compositeur suisse, Emile-Robert Blanchet, trop peu joué de par le monde alors qu’il mériterait une place d’honneur.

Daniel Spiegelberg nous en donna la preuve par sa magistrale exécution d’une de ses œuvres : belle et longue sonate dont le caractère sombre nous plonge dans des abîmes zébrées de violence, d’éclats lumineux et de fugitive douceur. Son parcours a pu être suivi plus facilement grâce aux commentaires de Daniel concernant de façon claire les aspects harmoniques, structuraux, confidentiels de chacune des parties.

Ce qui est si beau dans le jeu de Spiegelberg, c’est que tout semble aller de soi et fait oublier ce que cela représente de maîtrise.

Les quatre Ballades de Chopin en ont été un admirable exemple. Chez lui, en pleine possession de son clavier, pas trace du virtuose-olympique. Chaque note parle, tout vit de l’intérieur et sait transmettre la valeur expressive de chaque phrase. Quel exemple pour les amateurs de vitesses vides de sens !

Merci pour tout le reçu de ce premier chant de la chapelle exprimé par un « servant » dans le plus pur sens du terme. C.L. (Jeanne Bovet)